Technologie Média

Un médicament potentiel contre la maladie de Parkinson

biologie 18 août 2022

un-médicament-potentiel-contre-la-maladie-de-parkinson

L’exercice régulier sur tapis roulant a permis d’améliorer les symptômes de la maladie de Parkinson chez les souris, dans une étude récente menée par des chercheurs du centre médical universitaire RUSH.

Utiliser cette étude comme un point de départ

« Nous sommes très enthousiasmés par ces résultats », a déclaré Kalipada Pahan, professeur des sciences neurologiques, de biochimie et de pharmacologie au centre médical universitaire RUSH. « Notre espoir est que nous puissions utiliser cette étude comme un point de départ pour améliorer notre capacité à permettre aux patients atteints de la maladie de Parkinson de gérer leurs symptômes. »

Dans cette étude, les scientifiques ont constaté des résultats positifs en utilisant l’exercice régulier sur tapis roulant, pour arrêter la propagation de la protéine α-synucléine et inverser les changements biochimiques, cellulaires et anatomiques qui se produisent dans le cerveau des souris atteintes de la maladie de Parkinson en l’absence de tout médicament. Les souris participant à cet essai ont couru sur un tapis roulant de façon régulière par intervalles de 30 minutes, six jours par semaine, pendant deux mois.

Certains patients ne sont pas en mesure de courir quotidiennement

Ces résultats sont essentiels pour la recherche sur la maladie de Parkinson, mais M. Pahan et son équipe ont rapidement fait remarquer que si l’exercice sur tapis roulant peut être facilement disponible et accessible, certains patients atteints de la maladie de Parkinson ne sont pas en mesure de courir quotidiennement sur un tapis roulant.

L’équipe s’est alors efforcée d’identifier un médicament qui pourrait être utile en l’absence de tapis roulant afin d’offrir une variété d’options, aux personnes souffrant des symptômes de la maladie de Parkinson. Historiquement, les traitements disponibles pour la maladie sont souvent associés à un certain nombre d’effets secondaires et à des résultats insatisfaisants.

« Une fois que les patients sont diagnostiqués comme souffrant de ces troubles neurodégénératifs, il n’existe aucun médicament permettant d’arrêter la progression de cette maladie », a déclaré M. Pahan. « Comprendre comment le tapis roulant aide le cerveau est important pour développer des médicaments qui peuvent inhiber la pathologie de l’α-synucléine, protéger le cerveau et arrêter la progression des maladies à corps de Lewy. »

Le fénofibrate imite les effets d’un tapis roulant

L’équipe de recherche a appris que le fénofibrate, connu sous le nom de Triglide ou Antara en clinique, imitait les effets d’une séance d’entraînement sur tapis roulant dans le cerveau. Ce médicament est généralement utilisé pour réduire les taux élevés de cholestérol et de triglycérides chez les patients.

« Si la prise de fénofibrate peut reproduire les mêmes effets que la course sur un tapis roulant, cela constituerait une avancée notable dans le traitement de ces troubles neurologiques dévastateurs », a déclaré M. Pahan.

Une faible dose de fénofibrate ralentit la propagation de l’α-synucléine

Cette étude a révélé que le fénofibrate activait le PPARα dans le cerveau, ce qui est un élément-clé de la réussite de la routine d’exercice sur tapis roulant. L’équipe a conclu que la prise quotidienne d’une faible dose de fénofibrate ralentit la propagation de l’α-synucléine dans le cerveau et protège la dopamine chez les souris, en l’absence de tout entraînement sur tapis roulant.

Pahan et son équipe ont également noté que les souris qui ont bénéficié de cette étude possédaient déjà la protéine PPARa qui est associée à la maladie de Parkinson. L’équipe espère que ces nouvelles découvertes pourront être utilisées pour atténuer et améliorer les symptômes de la maladie de Parkinson, ainsi que comme mesure préventive.

Cette recherche a été publiée dans Cell Reports.

Source : Rush University Medical Center
Crédit photo : Shutterstock