Technologie Média

NIH lance un essai clinique sur le vaccin contre le virus d’Epstein-Barr

biothechnologie 06 mai 2022

NIH-lance-un-essai-clinique-sur-le-vaccin-contre-le-virus-Epstein-Barr

Le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID), qui fait partie des National Institutes of Health, a lancé un essai clinique de stade précoce pour évaluer un vaccin préventif expérimental contre le virus d’Epstein-Barr (EBV).

Un essai clinique contre le virus d’Epstein-Barr

L’EBV est la principale cause de la mononucléose infectieuse et est associée à certains cancers et maladies auto-immunes. L’étude de phase 1, qui sera menée au NIH Clinical Center de Bethesda, dans le Maryland, est l’une des deux seules études à tester un vaccin expérimental contre l’EBV depuis plus de dix ans.

L’EBV est un membre de la famille des virus de l’herpès et l’un des virus humains les plus courants. Il se transmet par les fluides corporels, principalement la salive. On estime que 125 000 cas de mononucléose infectieuse surviennent chaque année aux États-Unis ; environ 10 % de ces personnes développent une fatigue qui dure six mois ou plus.

Environ 1 % de toutes les personnes infectées par l’EBV développent des complications graves, notamment une hépatite, des problèmes neurologiques ou de graves anomalies sanguines. L’EBV est également associé à plusieurs tumeurs malignes, notamment les cancers de l’estomac et du nasopharynx et les lymphomes de Hodgkin et de Burkitt, ainsi qu’à des maladies auto-immunes, comme le lupus érythémateux disséminé et la sclérose en plaques.

Il cible la glycoprotéine gp350 de l’EBV

Ce vaccin agit en ciblant la glycoprotéine gp350 de l’EBV, qui se trouve à la surface du virus et des cellules infectées par le virus. L’EBV gp350 est également la cible principale des anticorps neutralisants présents dans le sang des personnes naturellement infectées par l’EBV.

Dirigée par l’investigatrice principale Jessica Durkee-Shock, du Laboratoire des maladies infectieuses du NIAID, cette étude évaluera la sécurité et la réponse immunitaire d’un vaccin expérimental à base de nanoparticules de ferritine gp350 de l’EBV avec un adjuvant Matrix-M à base de saponine. Le vaccin expérimental a été développé par le Laboratoire des maladies infectieuses en collaboration avec le Centre de recherche sur les vaccins du NIAID. L’adjuvant Matrix-M a été développé par la société de biotechnologie Novavax, basée à Gaithersburg, dans le Maryland.

La ferritine, une protéine naturelle de stockage du fer présente dans les cellules de toutes les espèces vivantes, est considérée comme une plateforme vaccinale prometteuse car elle peut afficher les protéines du virus ciblé en un réseau dense à sa surface. L’adjuvant est destiné à renforcer la réponse immunitaire induite par le vaccin expérimental.

40 volontaires participeront

Cette étude portera sur 40 adultes volontaires en bonne santé âgés de 18 à 29 ans, dont la moitié présente des signes d’infection antérieure par le virus EBV et l’autre moitié n’en présente pas. Les participants recevront une série de trois injections de 50 microgrammes du vaccin expérimental dans le muscle du bras supérieur, suivies de 30 à 60 minutes d’observation après chaque dose.

Les deuxième et troisième doses seront administrées 30 jours et 180 jours après la dose initiale, avec des visites de suivi entre chaque vaccination et des appels téléphoniques entre les visites. La participation devrait être nécessaire pendant 18 à 30 mois et l’essai devrait durer quatre ans. De plus amples informations sur l’étude sont disponibles sur ClinicalTrials.gov en utilisant l’identifiant NCT04645147.

Source : National Institute of Allergy and Infectious Diseases
Crédit photo : Depositphotos