Technologie Média

Découverte des voies qui mènent au COVID-19 sévère chez l’enfant

biologie 03 mai 2022

découverte-des-voies-qui-mènent-au-COVID-19-sévère-chez-enfant

Des chercheurs ont découvert les voies de la coagulation sanguine et des protéines immunitaires qui sont activées dans les cas graves de COVID-19 chez les enfants, ouvrant la voie à un diagnostic plus précoce et à des traitements plus ciblés.

Un syndrome inflammatoire multisystémique

Cette étude menée par le Murdoch Children’s Research Institute (MCRI) et l’Université de Melbourne a permis d’identifier les mécanismes de la maladie chez les enfants atteints de COVID-19 qui présentent un syndrome inflammatoire multisystémique, où différentes parties du corps peuvent s’enflammer, notamment le cœur, les poumons et le cerveau, ainsi qu’un syndrome de détresse respiratoire aiguë, un type de maladie pulmonaire.

Conor McCafferty, chercheur au MCRI et étudiant à l’Université de Melbourne, a déclaré que les principaux déclencheurs d’un COVID-19 grave chez les enfants étaient la coagulation sanguine et la façon dont les protéines du système immunitaire réagissaient au virus.

« Les enfants sont en général moins sensibles au COVID-19 et présentent des symptômes plus légers, mais on ne savait pas encore ce qui poussait certains d’entre eux à développer une maladie très grave », a-t-il déclaré. « Notre recherche a été la première à mettre en évidence les voies spécifiques de la coagulation sanguine et des protéines immunitaires touchées chez les enfants atteints du COVID-19 qui ont développé des symptômes graves. »

Une étude faite auprès de 53 enfants

Pour cette étude, des échantillons de sang de 20 enfants en bonne santé ont été prélevés au Royal Children’s Hospital et des échantillons de 33 enfants infectés par le SARS-CoV-2 et présentant un syndrome inflammatoire multisystémique ou un syndrome de détresse respiratoire aiguë ont été prélevés à l’Hôpital Necker-Enfants Malades, Hôpitaux universitaires du Grand Paris.

Le Professeur Damien Bonnet, de l’Hôpital Necker-Enfants Malades, Hôpitaux Universitaires du Grand Paris, a déclaré que la collecte d’échantillons pour mieux décrire les mécanismes de ces syndromes et l’établissement de collaborations mondiales étaient considérés comme des questions clés pour améliorer le traitement et les résultats.

Cette recherche a révélé que 85 et 52 protéines étaient spécifiques au syndrome inflammatoire multisystémique et au syndrome de détresse respiratoire aiguë, respectivement. Ces deux syndromes sont des conséquences potentielles majeures du COVID-19 sévère.

Selon M. McCafferty, ces découvertes ont été possibles grâce à la protéomique, une approche expérimentale qui a permis aux chercheurs d’étudier simultanément près de 500 protéines circulant dans le sang.

Des caractéristiques similaires à celles de la maladie de Kawasaki

Les données de cette étude montrent que 1,7 % des cas pédiatriques hospitalisés de COVID-19 signalés ont été admis dans l’unité de soins intensifs. Les enfants atteints de COVID-19 qui présentent un syndrome inflammatoire multisystémique présentent également des caractéristiques cliniques similaires à celles de la maladie de Kawasaki et du syndrome du choc toxique, comme de la fièvre, des douleurs abdominales, des vomissements, une éruption cutanée et une conjonctivite, ce qui rend difficile le diagnostic rapide des patients.

Vera Ignjatovic, professeur à l’ICRM, a déclaré que ces résultats permettaient de comprendre les processus à l’origine de la COVID-19 grave chez les enfants, ce qui contribuerait à la mise au point de tests de diagnostic pour l’identification précoce des enfants à risque, ainsi que des cibles thérapeutiques pour améliorer l’issue des cas graves.

Développer un traitement ciblé

« Connaître les mécanismes associés au COVID-19 sévère chez les enfants et savoir comment la coagulation sanguine et le système immunitaire des enfants réagissent au virus aidera à diagnostiquer et à détecter les cas de COVID-19 aigus et nous permettra de développer un traitement ciblé », a-t-elle déclaré.

Cette recherche a été publiée dans Nature Communications.

Source : Murdoch Children’s Research Institute
Crédit photo : Pexels