Technologie Média

Des vers microscopiques sur une puce peuvent détecter le cancer

biothechnologie 21 mars 2022

des-vers-microscopiques-sur-une-puce-peuvent-détecter-le-cancer

Les nématodes, également connus sous le nom de vers ronds, sont attirés par un composé libéré par les cellules du cancer du poumon. Les premiers travaux montrent que lorsqu’ils sont placés dans un petit dispositif, les nématodes (Caenorhabditis elegans) se dirigent vers les cellules cancéreuses de préférence aux cellules non cancéreuses.

Un test de diagnostic du cancer du poumon avec des nématodes

Selon Nari Jang, de l’université Myongji en Corée du Sud, cette approche est prometteuse et pourrait être transformée en un test de diagnostic du cancer du poumon qui pourrait éventuellement utiliser des échantillons d’urine ou de salive provenant de personnes atteintes par ce type de cancer.

Les cellules cancéreuses sont biochimiquement différentes des cellules non cancéreuses à de nombreux égards. Un composé appelé 2-éthyl-1-hexanol, qui a une odeur florale, semble être ce qui attire les nématodes. « Nous pensons que les odeurs sont similaires à celles de leurs aliments préférés », a déclaré Jang dans un communiqué.

Un kit de test comprenant une petite puce et des nématodes

L’équipe de Jang a créé un kit de test comprenant une petite puce contenant certains des nématodes d’un millimètre de long dans une chambre centrale, reliée à deux puits aux extrémités opposées de la chambre. La puce est placée sur une plaque de gélose, et une goutte de liquide prélevée dans une boîte contenant des cellules cancéreuses est placée à côté d’un puits, le liquide provenant des cellules non cancéreuses étant placé à côté de l’autre. Lors des tests, un plus grand nombre de nématodes se sont dirigés vers le liquide des cellules cancéreuses au cours d’une heure.

Les tests ont montré que ce dispositif contenant des nématodes a un taux de précision d’environ 70 % pour détecter la présence de cellules cancéreuses. Ce taux n’est pas assez élevé pour être utilisé comme test médical, mais cette précision est susceptible de s’améliorer si les nématodes sont entraînés à réagir à l’odeur florale, a déclaré Jang.

Ils ont une bonne mémoire des signaux environnementaux

L’idée n’est pas aussi étrange qu’elle peut paraître, car les nématodes ont une mémoire étonnamment bonne pour les signaux environnementaux comme les odeurs, explique Lindy Holden-Dye de l’université de Southampton, au Royaume-Uni. « Ces vers sont très faciles à garder en vie et ne prennent pas beaucoup de place », explique-t-elle. « En matière de ce qu’ils peuvent faire, ils sont relativement sophistiqués ».

Ces travaux ont été présentés lors de la réunion de l’American Chemical Society à San Diego cette semaine.

Source : New Scientist
Crédit photo : iStock