Technologie Média

La condition physique réduit le risque de la maladie d’Alzheimer

biologie 28 février 2022

la-condition-physique-réduit-le-risque-de-la-maladie-Alzheimer

Les personnes en bonne condition physique sont moins susceptibles de développer la maladie d’Alzheimer que les personnes en moins bonne condition physique, selon une étude préliminaire qui sera présentée lors de la 74e réunion annuelle de l’American Academy of Neurology.

La bonne condition physique réduit le risque d’avoir la maladie d’Alzheimer 

« L’une des conclusions intéressantes de cette étude est qu’à mesure que la condition physique des personnes s’améliore, leur risque de la maladie d’Alzheimer diminue – ce n’était pas une proposition tout ou rien », a déclaré l’auteur de cette étude, Edward Zamrini, du Washington VA Medical Center à Washington, D.C., et membre de l’American Academy of Neurology. « Les gens peuvent donc s’efforcer d’apporter des changements progressifs et d’améliorer leur condition physique, et espérer que cela sera associé à une diminution connexe de leur risque d’Alzheimer des années plus tard. »

Une étude incluant 649 605 anciens combattants militaires

Cette étude a porté sur 649 605 anciens combattants militaires figurant dans la base de données de l’Administration de la santé des vétérans, âgés en moyenne de 61 ans et suivis pendant neuf ans en moyenne. Ils n’étaient pas atteints de la maladie d’Alzheimer au début de cette étude.

Les participants ont été répartis en cinq groupes, du moins en forme au plus en forme. Les niveaux de forme physique ont été déterminés par les résultats des participants à un test sur tapis roulant. Ce test mesure la capacité d’exercice, c’est-à-dire la plus grande quantité d’effort physique qu’une personne peut supporter. Pour les personnes d’âge moyen et plus âgées, le meilleur niveau de forme physique peut être atteint en marchant d’un bon pas la plupart des jours de la semaine, pendant deux heures et demie ou plus par semaine.

Le groupe ayant le niveau de forme physique le plus bas a développé la maladie d’Alzheimer à un taux de 9,5 cas pour 1 000 années-personnes, contre 6,4 cas pour 1 000 années-personnes pour le groupe le plus en forme. Les années-personnes tiennent compte du nombre de personnes participant à une étude ainsi que du temps passé dans une étude. Le taux de cas diminue à mesure que le niveau de forme physique augmente, avec un taux de 8,5 pour le deuxième groupe le moins en forme, de 7,4 pour le groupe moyen et de 7,2 pour le deuxième groupe le plus en forme.

Une réduction du risque allant de 33 % à 13 %

Lorsque les chercheurs ont pris en compte d’autres facteurs susceptibles d’influer sur le risque de maladie d’Alzheimer, ils ont constaté que les personnes du groupe le plus en forme avaient 33 % moins de risques de développer la maladie d’Alzheimer que celles du groupe le moins en forme.

Le deuxième groupe le plus en forme avait 26 % de risque en moins de développer cette maladie, tandis que le groupe moyen avait 20 % de risque en moins et que les personnes du deuxième groupe le moins en forme avaient 13 % de risque en moins de développer cette maladie que celles du groupe le moins en forme.

« L’idée que vous puissiez réduire votre risque de développer la maladie d’Alzheimer en augmentant simplement votre activité physique est très prometteuse, d’autant plus qu’il n’existe aucun traitement adéquat pour prévenir ou arrêter la progression de la maladie d’Alzheimer, a déclaré Zamrini. « Nous espérons développer une échelle simple qui peut être individualisée afin que les gens puissent voir les avantages que même des améliorations progressives de la forme physique peuvent apporter. »

Source : American Academy of Neurology
Crédit photo : Depositphotos