Technologie Média

Sinovac est inefficace contre Omicron

biologie 21 janvier 2022

sinovac-est-inefficace-contre-omicron

Des millions de personnes dans le monde ont reçu deux injections de Sinovac, un vaccin fabriqué en Chine et utilisé dans 48 pays pour aider à réduire les taux de transmission du COVID-19.

Sinovac est inefficace contre le variant Omicron

Cependant, ce vaccin seul n’est d’aucune utilité contre le variant Omicron qui circule largement, selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de Yale et de la République dominicaine.

L’analyse du sérum sanguin de 101 personnes de la République dominicaine a montré que l’infection par Omicron ne produisait pas d’anticorps neutralisants chez les personnes ayant reçu le schéma standard à deux doses du vaccin Sinovac. Les niveaux d’anticorps contre Omicron ont augmenté chez ceux qui avaient également reçu une injection de rappel du vaccin à ARNm fabriqué par Pfizer-BioNTech.

Mais lorsque les chercheurs ont comparé ces échantillons avec des échantillons de sérum sanguin conservés à Yale, ils ont constaté que même ceux qui avaient reçu deux injections de Sinovac et une injection de rappel présentaient des taux d’anticorps à peu près identiques à ceux des personnes qui avaient reçu deux injections de vaccins à ARNm sans injection de rappel. D’autres études ont montré que le schéma de deux injections d’ARNm sans rappel n’offrait qu’une protection limitée contre Omicron.

Une faible protection contre Omicron avec les vaccins ARNm

Les chercheurs ont également constaté que les personnes qui avaient été infectées par des souches antérieures du SARS-CoV-2 ne bénéficiaient que d’une faible protection immunitaire contre Omicron. Ces résultats compliqueront probablement les efforts déployés à l’échelle mondiale pour lutter contre la souche Omicron, qui a supplanté la souche Delta, plus dangereuse mais moins transmissible, en tant que virus en circulation le plus dominant dans une grande partie du monde.

Selon Akiko Iwasaki, professeur d’immunobiologie et auteur principal d’un article, il est clair qu’une injection de rappel supplémentaire est nécessaire dans les régions du monde où l’injection de Sinovac a été la principale source de vaccination.

« Des injections de rappel sont clairement nécessaires dans cette population car nous savons que même deux doses des vaccins à ARNm n’offrent pas une protection suffisante contre l’infection par Omicron », a déclaré Iwasaki.

Il possède 36 mutations sur sa protéine S

Omicron s’est avéré particulièrement difficile à combattre car il possède 36 mutations sur les protéines S à sa surface, que le virus utilise pour pénétrer dans les cellules, indiquent les chercheurs. Les vaccins ARNm existants sont conçus pour déclencher une réponse anticorps lorsque les protéines S sont reconnues.

Iwasaki a toutefois souligné que le système immunitaire humain dispose encore d’autres armes qu’il peut utiliser contre le COVID-19, comme les cellules T qui peuvent attaquer et tuer les cellules infectées et prévenir une maladie grave. « Mais nous avons besoin d’anticorps pour prévenir l’infection et ralentir la transmission du virus », a-t-elle ajouté.

Cette recherche a été publiée dans Nature Medicine.

Source : Yale University
Crédit photo : StockPhotoSecrets