Technologie Média

Stimuler le système immunitaire pour qu’il puisse tuer le cancer

biothechnologie 18 janvier 2022

stimuler-le-système-immunitaire-pour-il-puisse-tuer-le-cancer

Réveiller l’instinct du système immunitaire pour détruire le cancer, à l’aide de deux molécules situées à la surface des macrophages : c’est la voie prometteuse qui s’ouvre à partir des récents travaux de laboratoire du Dr André Veillette.

Deux molécules stimulent le système immunitaire

Son étude dévoile une voie thérapeutique innovante pour traiter le cancer, en accord avec le domaine en plein essor de la médecine de précision. Depuis plusieurs années, l’immunologie et la médecine personnalisée apportent un nouvel espoir aux médecins et aux patients dans la lutte contre le cancer.

Ces thérapies de pointe ciblent en grande partie les cellules du système immunitaire appelées cellules T ou lymphocytes T, dont le rôle est de défendre l’organisme contre les agents étrangers nuisibles tels que les virus, les bactéries et les parasites, d’une part, mais aussi contre les cellules cancéreuses.

Parmi ces « gardiens du corps », on trouve également les macrophages, des cellules dont le rôle central est d’éliminer les agents nocifs en les dévorant tout simplement. Les scientifiques et les entreprises pharmaceutiques s’intéressent de plus en plus à la possibilité de cibler les macrophages à des fins thérapeutiques.

Les molécules CD11a et CD11c

Dans son laboratoire, l’équipe du Dr Veillette a découvert que les macrophages sont particulièrement efficaces pour détruire certains types de cellules cancéreuses. Plus encore, l’équipe a pu stimuler considérablement l’appétit de ces cellules immunitaires. Ils ont notamment mis en évidence deux molécules situées à la surface des macrophages (CD11a et CD11c) qui peuvent être activées pour augmenter leur instinct de destruction.

Dans des modèles animaux et dans des cultures de cellules humaines en laboratoire, les macrophages stimulés se transforment en super mangeurs de cellules cancéreuses.

« La capacité de libérer le pouvoir destructeur des macrophages est une découverte importante qui ouvre la voie à de nouvelles possibilités vraiment passionnantes en médecine personnalisée », a déclaré Zhenghai Tang, coauteur de l’étude avec Dominique Davidson. « En fait, ajoute Davidson, nous aidons le corps à mieux se protéger ».

La molécule SLAMF7 agit sur les macrophages

Cette nouvelle utilisation des molécules pour aider l’organisme à mieux faire face au cancer est le résultat des travaux en cours dans le laboratoire du Dr Veillette. Lui et son équipe étudient depuis 30 ans les mécanismes qui régissent le fonctionnement du système immunitaire. En 2017, dans un travail publié dans la revue Nature, l’équipe a mis en lumière la molécule SLAMF7, qui agit également sur la capacité destructrice des macrophages.

« Plus nous en saurons sur le fonctionnement du système immunitaire, plus nous serons en mesure de trouver des solutions thérapeutiques efficaces et moins toxiques pour lutter contre les maladies », a déclaré Veillette. « Les cellules immunitaires comme les macrophages suscitent aujourd’hui beaucoup d’intérêt dans la recherche en immunologie, mais aussi dans l’industrie pharmaceutique, car c’est véritablement l’avenir de la médecine pour de nombreuses maladies mortelles. »

Il ajoute : « pour notre part, la prochaine étape consistera à établir dans quelle mesure les molécules CD11a et CD11c peuvent être utilisées comme biomarqueurs pour identifier les patients les plus susceptibles de répondre à ce type de thérapie. »

Cette recherche a été publiée dans Cell Reports.

Source : University of Montreal
Crédit photo : iStock