Technologie Média

Des composés du chanvre bloquent l’entrée du coronavirus dans les cellules

biologie 12 janvier 2022

des-composés-du-chanvre-bloquent-entrée du-coronavirus-dans-les-cellules

Des composés du chanvre identifiés par la recherche de l’Oregon State University via une technique de criblage chimique inventée à l’OSU montrent la capacité d’empêcher le virus qui cause le COVID-19 de pénétrer dans les cellules humaines.

Deux composés du chanvre bloquent le COVID-19

Richard Van Breemen et ses collaborateurs, dont des scientifiques de l’Oregon Health & Science University, ont découvert qu’une paire d’acides cannabinoïdes se lie à la protéine S du SARS-CoV-2, bloquant une étape critique du processus utilisé par le virus pour infecter les gens.

Ces composés sont l’acide cannabigérolique, ou CBGA, et l’acide cannabidiolique, ou CBDA, et la protéine S est la même cible médicamenteuse que celle utilisée dans les vaccins et la thérapie par anticorps du COVID-19. Une cible médicamenteuse est une molécule essentielle au processus d’une maladie, ce qui signifie que sa perturbation peut contrecarrer l’infection ou la progression de la maladie.

« Ces acides cannabinoïdes sont abondants dans le chanvre et dans de nombreux extraits du chanvre », a déclaré M. van Breemen. « Ils ne sont pas des substances contrôlées comme le THC, l’ingrédient psychoactif de la marijuana, et ont un bon profil de sécurité chez l’homme. »

Ils sont efficaces contre des variants

« Et nos recherches ont montré que les composés du chanvre étaient aussi efficaces contre les variants du SARS-CoV-2, y compris le variant B.1.1.7, qui a été détecté pour la première fois au Royaume-Uni, et le variant B.1.351, détecté pour la première fois en Afrique du Sud. » Ces deux variants sont également connus sous le nom de: Alpha et Bêta, respectivement.

« Toute partie du cycle d’infection et de réplication est une cible potentielle pour une intervention antivirale, et la connexion du domaine de liaison au récepteur de la protéine S au récepteur de surface cellulaire humain ACE2 est une étape critique de ce cycle », a-t-il ajouté.

« Cela signifie que les inhibiteurs d’entrée dans les cellules, comme les acides du chanvre, pourraient être utilisés pour prévenir l’infection par le SARS-CoV-2 et aussi pour raccourcir les infections en empêchant les particules virales d’infecter les cellules humaines. »

Ils se lient aux protéines S afin que ces protéines ne puissent pas se lier à l’enzyme ACE2, qui est abondante sur la membrane externe des cellules endothéliales des poumons et d’autres organes. »

Ils peuvent être pris sous la forme de pilules

« Ces composés peuvent être pris par voie orale et ont une longue histoire d’utilisation sûre chez l’homme », a déclaré M. van Breemen. « Ils ont le potentiel de prévenir et de traiter l’infection par le SARS-CoV-2. Le CBDA et le CBGA sont produits par la plante de chanvre en tant que précurseurs du CBD et du CBG, qui sont familiers à de nombreux consommateurs. Cependant, ils sont différents des acides et ne sont pas contenus dans les produits du chanvre. »

M. Van Breemen a déclaré que des variants résistants pourraient encore apparaître dans un contexte d’utilisation généralisée des cannabinoïdes, mais que la combinaison de la vaccination et du traitement au CBDA/CBGA devrait rendre l’environnement beaucoup plus difficile pour le SARS-CoV-2.

Un autre composé venant de la réglisse

« Nos recherches antérieures ont fait état de la découverte d’un autre composé, provenant de la réglisse, qui se lie également à la protéine S », a-t-il déclaré. « Cependant, nous n’avons pas encore testé l’activité de ce composé, la licochalcone A, contre le virus vivant. Nous avons besoin d’un nouveau financement pour cela. »

Cette recherche a été publiée dans le Journal of Natural Products.

Source : Oregon State University
Crédit photo : StockPhotoSecrets