Technologie Média

Un lien entre les champignons intestinaux et la maladie de Crohn

biologie 11 janvier 2022

un-lien-entre-les-champignons-intestinaux-et-la-maladie-de-Crohn

Les résultats d’une nouvelle étude menée par des chercheurs de la Case Western Reserve University constituent un pas en avant vers une meilleure compréhension de la maladie de Crohn et des facteurs à l’origine de son inflammation intestinale.

Une inflammation chronique du tube digestif

La maladie de Crohn est un type de maladie intestinale inflammatoire qui peut entraîner une inflammation chronique de l’ensemble du tube digestif. Les symptômes comprennent la diarrhée, des douleurs et des crampes, la fatigue, la perte de poids, etc. Il n’existe pas de traitement curatif de la maladie de Crohn, mais les patients peuvent en atténuer les symptômes grâce aux options thérapeutiques actuelles.

De nouvelles options thérapeutiques pour les patients atteints de la maladie de Crohn pourraient se profiler à l’horizon grâce aux recherches établissant un lien entre un champignon pathogène commun et la maladie intestinale inflammatoire.

Cette nouvelle étude porte sur le rôle du champignon Candida tropicalis (C. tropicalis) dans le déclenchement d’une inflammation chronique au sein du microbiome intestinal. Le microbiome intestinal est un écosystème complexe de champignons et de bactéries présents dans le tube digestif.

Les chercheurs ont introduit ce champignon dans des modèles animaux et ont induit une colite (une inflammation du gros intestin uniquement) grâce à un composé chimique. Les modèles infectés par C. tropicalis présentaient une inflammation sévère et un déséquilibre significatif du microbiome intestinal avec des changements dans les niveaux de bactéries.

Un déséquilibre entre champignons et bactéries

Selon les chercheurs, ces résultats montrent que ce déséquilibre entre champignons et bactéries peut créer une prédisposition aux maladies inflammatoires de l’intestin. Des études antérieures ont montré que les personnes atteintes de la maladie de Crohn présentent des niveaux plus élevés de C. tropicalis par rapport aux personnes en bonne santé.

La compréhension de l’impact de C. tropicalis sur la santé d’une personne jouera un rôle dans le développement de traitements pour la maladie de Crohn.

« Nos résultats fournissent une justification scientifique pour éliminer l’infection fongique de l’intestin par C. tropicalis », a déclaré Fabio Cominelli, professeur de médecine et de pathologie.

De futures thérapies antifongiques 

« La prochaine étape de notre recherche consiste à étudier d’autres organismes fongiques présents dans l’intestin, puis des thérapies antifongiques chez les patients atteints de cette maladie dévastatrice. La rémission est très difficile à obtenir chez les patients atteints de la maladie de Crohn ».

Cette recherche a été publiée dans Cellular and Molecular Gastroenterology and Hepatology.

Source : Case Western Reserve University
Crédit photo : StockPhotoSecrets