Technologie Média

Trois facteurs sont des prédicteurs d’une longue vie

biologie 07 janvier 2022

trois-facteurs-sont-des-prédicteurs-une-longue-vie

Perdre du poids ne vous aidera pas nécessairement à vivre plus longtemps, et les meilleurs indicateurs d’une vie longue et saine sont la mobilité, la force et l’équilibre. C’est ce qu’ont découvert Lisa Underland, de l’hôpital pour enfants Montefiore de New York, et ses collègues en examinant les résultats obtenus par des femmes âgées qui avaient participé à une étude de longue haleine.

Une étude portant sur 5039 femmes âgées de 65 ans

Pour se faire une idée plus précise du lien entre la perte de poids et la mortalité, Underland et ses collègues ont examiné les données de la Women’s Health Initiative, une série d’études portant sur plus de 161 000 volontaires aux États-Unis, en cours depuis 1992.

L’équipe s’est intéressée à 5039 femmes qui avaient plus de 65 ans en 2012, avec un âge moyen de 79 ans. À cette époque, chaque femme a passé une série de tests visant à déterminer la force physique, l’équilibre et la mobilité, notamment en mesurant la force de préhension et la capacité à se lever après s’être assise sur une chaise.

Underland et ses collègues ont également examiné le poids que les femmes avaient pris ou perdu depuis leur inscription à l’étude, soit 14 à 18 ans avant les tests. Ils ont ensuite noté combien de femmes étaient encore en vie environ cinq ans après avoir passé les tests.

La perte de poids ne permet pas de vivre plus longtemps

L’équipe a découvert que les femmes qui avaient perdu du poids étaient beaucoup plus susceptibles de mourir pendant la période de suivi que celles qui n’en avaient pas perdu. Celles qui avaient perdu 5 % de leur poids corporel au cours des années précédentes étaient 61 % plus susceptibles de mourir au cours des cinq années suivantes.

Il est peu probable que la perte de poids ait été causée par une maladie, car les femmes atteintes d’un cancer ont été exclues de l’étude et l’équipe a contrôlé d’autres conditions susceptibles d’affecter le poids.

La force, l’équilibre et la mobilité donnent les meilleurs résultats

Les personnes ayant obtenu de bons résultats aux tests physiques semblaient avoir les meilleures chances de survie. Les femmes qui se situaient dans le quartile supérieur pour la force, l’équilibre et la mobilité avaient 71 % plus de chances d’être en vie cinq ans plus tard que celles dont les résultats se situaient dans le quartile inférieur.

La prise de poids, en revanche, n’avait aucun effet sur la mortalité. « Ces informations ne disent pas à tout le monde de sortir et d’acheter un tas de Cheetos », dit Underland. « Continuez à bouger, ayez une alimentation saine – concentrez-vous sur cela ».

Cette recherche a été publiée dans Journal of the American Geriatrics Society.

Source : New Scientist
Crédit photo : Pexels