Technologie Média

Le lait des mères infectées par le COVID fournit des anticorps aux bébés

biologie 07 janvier 2022

le-lait-des-mères-infectées-par-le-COVID-fournit-des-anticorps-aux-bébés

Selon une équipe de chercheurs, les mères qui allaitent transmettent à leurs nourrissons des anticorps qui peuvent constituer une protection naturelle contre le coronavirus responsable du COVID-19.

Le lait ne contenait pas de virus

Ce nouveau rapport développe des découvertes antérieures qui montraient que le lait des femmes qui allaitent et qui avaient été infectées par le SARS-CoV-2 ne contenait pas le virus. Ces résultats viennent confirmer les recommandations encourageant les femmes allaitantes à poursuivre l’allaitement pendant et après une infection par le COVID-19, ont déclaré les chercheurs.

Cette étude a inclus plus de 60 femmes qui ont fourni des échantillons jusqu’à deux mois après leur diagnostic d’une infection par le COVID-19, a déclaré Michelle K. « Shelley » McGuire de l’Université de l’Idaho.

« Ce qui est vraiment important, c’est que ces anticorps sont restés élevés chez la plupart de ces femmes jusqu’à deux mois », a déclaré Mme McGuire. « Cela nous conforte dans l’idée que même si vous avez le COVID-19, l’allaitement est la bonne chose à faire ». L’équipe a testé les échantillons de lait maternel à la recherche d’anticorps d’immunoglobuline A spécifiques à la protéine S du coronavirus responsable de la pandémie.

Les femmes produisaient des anticorps pendant deux mois

Les tests ont montré que les trois quarts des femmes ont continué à produire des anticorps dans le lait maternel pendant une période allant jusqu’à deux mois, et que certaines d’entre elles ont commencé à le faire dès la semaine suivant le diagnostic de COVID-19. Selon les chercheurs, les anticorps présents dans le lait maternel ont probablement fourni aux nourrissons des femmes une source durable d’immunité passive.

Les femmes ont également fourni des écouvillons de la peau du sein avant et après le lavage. Bien qu’aucun virus du SARS-CoV-2 n’ait été détecté dans le lait, 29 % des écouvillons de peau se sont révélés positifs pour le matériel génétique (ARN) du SARS-CoV-2 avant le lavage. Seuls deux des 29 écouvillons, soit 6 %, se sont révélés positifs après le lavage. Les chercheurs ont attribué la présence de l’ARN viral à la toux des femmes ou à des sources domestiques.

Le lait maternel serait en fait protecteur

Les chercheurs ont souligné qu’ils n’ont trouvé aucune preuve de la présence d’un virus vivant ni aucune raison de s’inquiéter de cette découverte. L’essentiel est resté le même : l’allaitement maternel pendant la période du COVID-19 n’est pas seulement sans danger pour les nourrissons, il est probablement protecteur, a déclaré Mme McGuire.

Cette recherche a été publiée dans Frontiers in Immunology.

Source : University of Idaho
Crédit photo : Pexels