Technologie Média

La vaccination n’augmente pas le risque de naissance prématurée

biologie 05 janvier 2022

la-vaccination-augmente-pas-le-risque-de-naissance-prématuréeLes femmes enceintes qui contractent le COVID-19 ont un risque accru de gravité de cette maladie et de décès. Pourtant, seulement 31 % des femmes enceintes aux États-Unis avaient été vaccinées en septembre 2021. L’un des obstacles à l’acceptation des vaccins est la crainte que la vaccination ne perturbe la grossesse.

Une étude portant sur plus de 40 000 femmes enceintes

Une étude codirigée par Yale, qui a porté sur plus de 40 000 femmes enceintes, apporte de nouvelles preuves de la sécurité de la vaccination contre le COVID-19 pendant la grossesse.

Cette étude a montré que la vaccination contre le COVID-19 pendant la grossesse n’était pas associée à une naissance prématurée ou à une petite taille pour l’âge gestationnel (SGA) lorsqu’on compare les femmes enceintes vaccinées et non vaccinées.

Le trimestre au cours duquel la vaccination a été effectuée et le nombre de doses de vaccin contre le COVID-19 reçues n’étaient pas non plus associés à un risque accru de naissance prématurée ou de SGA, ont constaté les chercheurs.

Les naissances prématurées (où les bébés naissent avant 37 semaines de grossesse) et les grossesses non programmées (où les bébés naissent plus petits que la normale pour leur âge gestationnel) ont été associées à un risque plus élevé de décès et d’invalidité chez les nourrissons.

Pour cette nouvelle étude, les auteurs ont utilisé les données de huit organisations de soins de santé participant au Vaccine Safety Datalink – un projet établi par le CDC pour surveiller la sécurité des vaccins – pour étudier le risque de naissance prématurée ou de SGA chez les femmes enceintes vaccinées et non vaccinées âgées de 16 à 49 ans.

Des résultats rassurants

Selon les chercheurs, parmi les personnes incluses dans cette étude, 10 064, soit près de 22 %, ont reçu au moins une dose de vaccin pendant leur grossesse. La plupart (98,3 %) ont été vaccinées au cours de leur deuxième ou troisième trimestre ; les autres (1,7 %) l’ont reçu au cours de leur premier trimestre de grossesse. Près de 96 % des femmes vaccinées ont reçu un vaccin à ARNm développé par Pfizer-BioNTech ou Moderna.

À ce jour, quelques études ont décrit les résultats parmi les naissances vivantes après la vaccination contre le COVID-19 pendant la grossesse, indiquent les chercheurs. Ces nouveaux résultats viennent s’ajouter aux preuves que la vaccination par le COVID-19 est sûre pendant la grossesse.

Les recherches sur les raisons de la faible acceptation du vaccin chez les femmes enceintes ont montré que les préoccupations les plus courantes étaient le manque d’information sur la sécurité des vaccins chez les femmes enceintes et les risques potentiels pour le fœtus.

La vaccination pour prévenir une forme grave

Les résultats de cette étude parlent des deux, a déclaré Heather Lipkind, professeure associée d’obstétrique et auteure principale de cette étude. « Se faire vacciner contre le COVID-19 est important pour prévenir une maladie grave chez les femmes enceintes », a déclaré Mme Lipkind. « Avec l’augmentation des taux de COVID-19 dans notre communauté, nous encourageons les femmes enceintes à se faire vacciner. »

Les résultats de cette étude ont été rapportés par le CDC.

Source : Yale University
Crédit photo : StockPhotoSecrets