Technologie Média

Les maladies des gencives augmentent le risque de nombreuses maladies

biologie 22 décembre 2021

les-maladies-des-gencives-augmente-le-risque-de-nombreuses-maladies

Une étude menée par l’université de Birmingham montre que les patients qui ont des antécédents médicaux de maladie parodontale (gingivale) enregistrés par leur médecin traitant, courent un risque accru de développer plusieurs maladies, notamment des troubles mentaux et cardiaques.

La maladie parodontale 

Les chercheurs ont examiné des données pour déterminer combien de patients atteints ou non d’une maladie parodontale développent ensuite une maladie cardiovasculaire (par exemple, l’insuffisance cardiaque, l’accident vasculaire cérébral, la démence vasculaire), des troubles cardiométaboliques (par exemple, l’hypertension artérielle, le diabète de type 2), des maladies auto-immunes (par exemple, l’arthrite, le diabète de type 1, le psoriasis) et des troubles mentaux (par exemple, la dépression, l’anxiété et une maladie mentale grave) sur une période de suivi moyenne d’environ trois ans.

L’équipe a découvert que les patients ayant des antécédents de maladie parodontale au début de cette étude étaient plus susceptibles d’être diagnostiqués avec l’une de ces maladies supplémentaires sur une période moyenne de trois ans, par rapport aux patients de la cohorte sans maladie parodontale au début de cette recherche.

Un risque accru chez les patients atteints d’une maladie parodontale

Les résultats de cette étude ont montré que, chez les patients ayant des antécédents enregistrés de maladie parodontale au début de cette étude, le risque accru de développer une maladie mentale était de 37 %, tandis que le risque de développer une maladie auto-immune était de 33 % de plus, le risque de développer une maladie cardiovasculaire était de 18 % de plus, tandis que le risque de souffrir d’un trouble cardiométabolique était de 7 % de plus – le risque accru étant beaucoup plus élevé pour le diabète de type 2, soit 26 %.

Le Dr Joht Singh Chandan, co-auteur de cette étude, a déclaré : « une mauvaise santé bucco-dentaire est extrêmement courante, tant au Royaume-Uni que dans le reste du monde. Lorsque la mauvaise santé bucco-dentaire progresse, elle peut entraîner une réduction substantielle de la qualité de vie. Cependant, jusqu’à présent, on ne savait pas grand-chose de l’association entre une mauvaise santé bucco-dentaire et de nombreuses maladies chroniques, notamment la maladie mentale.

L’une des plus grandes études épidémiologiques de ce type

« Nous avons mené l’une des plus grandes études épidémiologiques de ce type à ce jour, en utilisant les données des soins primaires britanniques pour explorer l’association entre les maladies parodontales et plusieurs maladies chroniques. Nous avons trouvé des preuves que les maladies parodontales semblent être associées à un risque accru de développer ces maladies chroniques. Les maladies parodontales étant très courantes, un risque accru d’autres maladies chroniques peut représenter un fardeau substantiel pour la santé publique. »

La Dr Caroline Aylott a déclaré : « l’un des plus grands défis de l’arthrite, en particulier des maladies auto-immunes comme la polyarthrite rhumatoïde (PR) qui touche 400 000 personnes au Royaume-Uni, est de pouvoir savoir qui est le plus à risque de la développer, et de trouver des moyens de l’épargner. »

Adopter une approche holistique

« Des études antérieures ont montré que les personnes atteintes de PR étaient quatre fois plus susceptibles de souffrir de maladies des gencives que leurs homologues non atteints de PR et que ces maladies avaient tendance à être plus graves. Cette recherche fournit d’autres preuves claires de la nécessité pour les professionnels de la santé d’être vigilants quant aux signes précoces d’une maladie des gencives et de la façon dont elle peut avoir de vastes répercussions sur la santé d’une personne, ce qui renforce l’importance d’adopter une approche holistique dans le traitement des personnes. »

Cette recherche a été publiée dans BMJ Open.

Source : University of Birmingham
Crédit photo : iStock