importance-de-la-sécurité-des-ressources-contre-la-pauvreté
Près des trois quarts des personnes vivent dans des pays qui ne disposent pas de ressources naturelles suffisantes pour vivre de manière durable – et qui n’ont pas assez d’argent pour les acheter ailleurs. La biocapacité est la capacité d’un écosystème à régénérer les ressources que les gens utilisent. Elle compare le rythme auquel nous utilisons nos ressources naturelles à notre capacité à les remplacer et à absorber nos déchets.

Un manque de ressources naturelles 

Pour maintenir sa population, un pays a besoin soit de suffisamment de ressources pour correspondre à l’empreinte écologique de sa population et maintenir un excédent de biocapacité, soit d’avoir suffisamment d’argent pour acheter la biocapacité nécessaire ailleurs afin de combler les déficits.
Mathis Wackernagel, du Global Footprint Network en Californie, et ses collègues ont étudié la biocapacité de chaque nation pour les années 1980 à 2017, en examinant si elle présentait un déficit ou un excédent des ressources. Ils les ont ensuite comparées au PIB par habitant de chaque pays – la somme de toutes les transactions monétaires d’une économie réparties entre les habitants de la nation – pour estimer le revenu moyen.
En 2017, 72 % de la population mondiale vivait dans des pays présentant un déficit de biocapacité et un revenu inférieur à la moyenne. Cela signifie que 5,4 milliards de personnes ne pouvaient pas obtenir durablement les ressources écologiques dont elles ont besoin, et n’étaient pas en mesure de les acheter à d’autres nations. « Si votre revenu est inférieur à la moyenne, vous ne pouvez pas faire autant d’offres sur les marchés étrangers que les autres pays », explique M. Wackernagel.
Les chercheurs ont effectué ce calcul pour chaque année de 1980 à 2017. La situation telle qu’elle se présentait en 1980 suggère que cette année-là, 57 % de la population mondiale vivait dans des pays à revenu inférieur à la moyenne et présentant un déficit de biocapacité.
Cette étude a également révélé, sans surprise, que les pays à revenu élevé étaient en mesure de fonctionner avec un déficit de biocapacité local beaucoup plus grave, car ils pouvaient acheter de la biocapacité ailleurs. La force de l’économie d’un pays détermine la quantité de ressources qu’il est capable d’acheter et d’utiliser, explique M. Wackernagel.

Un excédent et des déficits

Il existe des nations où le revenu moyen est élevé et où il y a un excédent de biocapacité, notamment la Suède, le Canada et la Finlande. Il y a aussi des pays riches qui sont en grave déficit de biocapacité, comme la France, l’Allemagne et le Japon.
Bien que 2017 soit l’année la plus récente pour laquelle des informations étaient disponibles pour effectuer ce calcul, l’impact climatique a subi quelques modifications en 2020 en raison de la pandémie de COVID-19. Ces résultats préliminaires montrent que la demande des ressources biologiques pour toutes les personnes combinées a dépassé de 56 % la quantité que les écosystèmes de la Terre produisent au début de 2020.
« Mais il semble que la demande des ressources soit revenue à des niveaux similaires à ceux d’avant la pandémie de COVID-19 », déclare Wackernagel ; en 2017, la demande mondiale a dépassé les ressources de la Terre de 73 %.
Cette recherche a été publiée dans Nature Sustainability.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay