Technologie Média

Pourquoi certains cétacés résistent au cancer ?

biologie 24 février 2021

pourquoi-certains-cétacés-résistent-au-cancer
Les baleines, les dauphins et les marsouins sont bien plus efficaces que nous dans la lutte contre le cancer, et maintenant nous sommes peut-être plus près de comprendre pourquoi les cétacés peuvent faire cela.

Le faible taux de cancer des cétacés

D’une manière générale, les cétacés sont les mammifères qui vivent le plus longtemps, certaines espèces de baleines atteignant leur 200e anniversaire. La raison pour laquelle cela est possible demeure un mystère, étant donné que leur taille signifie que leur corps contient beaucoup plus de cellules que le corps humain.
« Si vous avez plus de cellules, cela signifie que le risque qu’une de ces cellules. devienne cancéreuse augmente », explique Daniela Tejada-Martinez de l’Université austral du Chili. « Donc, si vous êtes grand ou si vous vivez plus longtemps, vous avez des milliers et des millions de cellules qui pourraient devenir cancéreuses. »
Au lieu de cela, les cétacés ont des taux de cancers beaucoup plus faibles que la plupart des autres mammifères, y compris les humains. Cette situation est connue sous le nom de « paradoxe de Peto ».
« Il y a une blague selon laquelle les baleines devraient naître avec un cancer et ne même pas pouvoir exister parce qu’elles sont trop grosses », déclare Vincent Lynch de l’université de Buffalo, dans l’État de New York. Il dit qu’il y a une explication « super triviale » à la façon dont les baleines peuvent exister. « Elles ont simplement développé de meilleurs mécanismes de protection contre le cancer », dit-il. Mais nous devons encore en apprendre davantage sur le pourquoi et le comment de leur existence.

Des gènes réparent leur ADN

Maintenant, Tejada-Martinez et ses collègues ont étudié l’évolution de 1077 gènes suppresseurs de tumeurs (TSG). Au total, ils ont comparé l’évolution des gènes chez 15 espèces de mammifères, dont sept espèces de cétacés.
Les gènes régulant les dommages à l’ADN, la propagation des tumeurs et le système immunitaire ont été sélectionnés de manière positive parmi les cétacés. L’équipe a également constaté que les cétacés gagnaient et perdaient des TSG à un rythme 2,4 fois plus élevé que chez les autres mammifères.
« Ce n’est pas comme si nous allions prendre les gènes des baleines et les introduire dans les humains pour les rendre résistants au cancer », explique M. Lynch. « Mais si vous pouvez trouver les gènes qui jouent un rôle dans la suppression des tumeurs chez d’autres animaux, et si vous pouvez comprendre ce qu’ils font, peut-être pourrez-vous fabriquer un médicament qui imite cela pour le traitement des humains ».
Cette recherche a été publiée dans Proceedings of the Royal Society B.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pexels