Technologie Média

L'écureuil "carnivore" de Bornéo ne mange que des graines

Découverte 18 août 2020

écureuil-carnivore-de-Bornéo-ne-mange-que-des-grines
L’écureuil terrestre touffu de Bornéo a été surnommé « écureuil vampire » en raison des récits qu’on lui attribue selon lesquels il trancherait les veines jugulaires des petits cerfs. Mais la première étude sur les habitudes alimentaires de cet animal a révélé qu’il s’agit d’un mangeur de graines très spécialisé qui se nourrit de graines très dures produites par quelques arbres seulement.

Les écureuils de Bornéo

« Pratiquement rien d’autre dans la forêt n’est capable de les manger », explique Andrew Marshall, de l’université du Michigan. « Il est assez rare d’avoir un mangeur de graines spécialisé sur une plante ou un sous-ensemble de plantes. Ces écureuils sont bien plus spécialisés que n’importe laquelle des 80 autres espèces que nous avons étudiées ».
Marshall fait partie d’une équipe qui étudie depuis des décennies les relations entre les espèces dans les forêts du parc national de Gunung Palung sur l’île de Bornéo. Avec ses collègues, il a maintenant rassemblé toutes les données sur les écureuils touffus (Rheithrosciurus macrotis) pour produire la première étude scientifique de leurs habitudes alimentaires.
« Nous ne savons pas grand-chose sur eux », déclare Marshall. Ce que nous savons, c’est qu’ils sont inhabituels à plusieurs égards. Ces écureuils ont des incisives en forme de scie, comme aucun autre mammifère, et la queue la plus volumineuse par rapport à la taille du corps de tout autres mammifères, ce qui les fait paraître beaucoup plus gros qu’ils ne le sont.
Ils sont également les plus proches parents d’un groupe d’écureuils que l’on trouve en Amérique du Sud, de sorte que la façon dont leurs ancêtres ont atteint Bornéo n’est pas claire. « Ils sont une sorte d’énigme », dit Marshall.

Ils trancheraient les veines jugulaires

Ces écureuils sont apparus sur internet en 2014, après qu’un article de la revue Science les ait appelés « écureuils vampires ». Ce surnom est basé sur des histoires racontées par les habitants de Dayak, qui disent que ces écureuils sautent sur le dos des cerfs et les tuent en leur tranchant les veines jugulaires. Ils éviscèrent ensuite ces cerfs et mangent le contenu de leurs estomacs, les cœurs et les foies.
Mais l’équipe de Marshall n’a jamais vu cela se produire. Les 79 fois où son équipe a observé ces écureuils se nourrir au fil des ans, dans 60 cas, ils mangeaient les graines extrêmement dures d’un grand arbre de la canopée appelé Canarium decumanum. Dans les 19 autres cas, ils mangeaient des graines similaires produites par quelques autres arbres.
Mais s’il pense qu’il est peu probable que ces écureuils attaquent les cerfs, Marshall n’exclut pas la possibilité que cela se produise occasionnellement. Les biologistes étaient également sceptiques quant aux histoires de Dayak sur les chevrotains, ou cerfs-souris, qui nagent sous l’eau et se cachent avec seulement leurs narines qui dépassent pour éviter les prédateurs, dit-il. Ces histoires se sont avérées vraies. « Les gens qui passent beaucoup de temps dans la forêt voient des choses vraiment inhabituelles », dit Marshall.
Cette recherche a été pré-publiée dans bioRxiv.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay