Technologie Média

Un manque de fibres provoque une hypertension artérielle

biologie 26 février 2020

un-régime-pauvre-en-fibres-provoque-une-hypertension-artirielle
Une étude internationale codirigée par les scientifiques de Monash a confirmé pour la première fois que les régimes pauvres en fibres peuvent entraîner une hypertension artérielle – la « maladie silencieuse » qui touchera en 2025 1,56 milliards d’individus.

Les régimes pauvres en fibres mènent à une hypertension artérielle

Si elle n’est pas traitée, l’hypertension peut entraîner un accident vasculaire cérébral, un infarctus du myocarde, un raidissement des artères et des muscles du cœur, et un raidissement des reins, réduisant ainsi leur fonction. C’est le facteur de risque le plus courant des maladies cardiovasculaires.
Cette étude a utilisé des souris pour tester la différence entre des régimes d’amidon à haute résistance et à faible résistance. Les amidons résistants sont un type de fibre prébiotique qui résiste à la digestion jusqu’à ce qu’elle atteigne le gros intestin, où elle nourrit des bactéries considérées comme bénéfiques pour la santé.
Les résultats de cette étude ont montré que les souris nourries avec un régime à faible teneur en fibres étaient plus prédisposées à l’hypertension artérielle. Les chercheurs ont effectué des transplantations fécales sur des souris sans aucun microbe, et ont constaté que seuls les receveurs de microbes à faible teneur en fibres développaient une pression artérielle plus élevée.

Cet effet se produit par le biais du microbiote intestinal

« L’hypertension artérielle continue d’être un facteur de risque majeur des décès cardiovasculaire », a déclaré l’auteur principal, le Dr Francine Marques. « Un régime pauvre en fibres est associé à la prévalence de l’hypertension artérielle, mais cette étude change le concept selon lequel la consommation de fibres n’est que protectrice : le manque de fibres peut en effet contribuer à l’hypertension artérielle et aux maladies cardiovasculaires, et cela se produit par le biais du microbiote intestinal ».
Le professeur David Kaye, directeur de la cardiologie a déclaré que bien que l’on sache qu’un régime alimentaire riche en fibres peut protéger contre le développement de maladies cardiaques, le mécanisme de cette action reste incertain. « Cette étude est significative », a-t-il dit, « car elle identifie pour la première fois, comment les fibres alimentaires régulent directement la santé du cœur et des vaisseaux sanguins ».
La fermentation microbienne des amidons résistants dans l’intestin libère des métabolites, tels que des petites molécules appelées « acides gras à chaîne courte » (SCFAs). L’équipe de recherche a découvert que lorsque les souris étaient nourries directement avec ces SCFAs, même en l’absence de fibres prébiotiques dans le régime alimentaire, leur pression sanguine diminuait et leur santé cardiovasculaire s’améliorait.

Un régime alimentaire riche en fibres est important

« L’une des conclusions les plus uniques de cette étude est que le profil bactérien de l’intestin, appelé microbiome intestinal, est étroitement associé à la pression sanguine et ce lien est le résultat des substances chimiques libérées par les bactéries intestinales dans la circulation sanguine », a déclaré le professeur Kaye.
« Ces conclusions renforcent l’idée selon laquelle un régime alimentaire riche en fibres est important et indiquent également de nouvelles cibles potentielles pour la prévention et le traitement des maladies cardiovasculaires », a déclaré le Dr Marques.
Cette étude a été publiée dans Circulation.
Source : Monash University
Crédit photo : Pixabay