Technologie Média

La viande rouge augmente les maladies cardiaques

biologie 03 février 2020

la-viande-rouge-augmente-les-maladies-cardiaque
Après une étude controversée l’automne dernier recommandant qu’il n’était pas nécessaire que les gens changent leur alimentation en matière de viande rouge et de viande transformée, une nouvelle étude de grande envergure, soigneusement analysée, relie la consommation de viande rouge et transformée à un risque légèrement plus élevé de maladies cardiaques et de décès, selon une nouvelle étude de la Northwestern Medicine et de la Cornell University.

La viande rouge ne serait pas saine pour la santé

Manger deux portions de viande rouge, de viande transformée ou de volaille – mais pas de poisson – par semaine était lié à un risque plus élevé de 3 à 7% de maladies cardiovasculaires, selon cette nouvelle étude. Manger deux portions de viande rouge ou de viande transformée – mais pas de volaille ou de poisson – par semaine était associé à un risque 3% plus élevé de toutes les causes de décès.
« C’est une petite différence, mais cela vaut la peine d’essayer de réduire la viande rouge et la viande transformée comme le pepperoni, la bologne et les charcuteries », a déclaré Norrina Allen, auteur principal de cette étude, et professeur agrégé de médecine préventive. «La consommation de viande rouge est également systématiquement liée à d’autres problèmes de santé comme le cancer.»
«La modification de la consommation de ces aliments à base de protéines animales peut être une stratégie importante pour aider à réduire le risque de maladies cardiovasculaires et de décès prématuré au niveau de la population», a déclaré l’auteur principal de cette étude Victor Zhong, professeur adjoint de sciences nutritionnelles à Cornell.
Ces nouvelles découvertes font suite à une méta-analyse controversée publiée en novembre dernier qui recommandait aux gens de ne pas réduire la quantité de viande rouge et de viande transformée qu’ils mangent. « Tout le monde a interprété cela comme étant correct de manger de la viande rouge, mais je ne pense pas que ce soit ce que la science soutient », a déclaré Allen. « Notre étude montre que le lien avec les maladies cardiovasculaires et la mortalité est solide », a déclaré Zhong.

Quoi manger ?

«Le poisson, les fruits de mer et les sources de protéines d’origine végétale telles que les noix et les légumineuses, y compris les haricots et les pois, sont d’excellentes alternatives à la viande et sont sous-consommés aux États-Unis», a déclaré la coauteur de cette étude, Linda Van Horn, professeur de médecine préventive à Feinberg qui est également membre du comité consultatif des directives alimentaires des États-Unis pour 2020.
Cette nouvelle étude regroupait un large échantillon diversifié de six cohortes, comprenait des données de suivi jusqu’à trois décennies, des données de régime harmonisées pour réduire l’hétérogénéité. Cette étude incluait 29 682 participants (de 53,7 ans au départ, 44,4 % d’hommes et 30,7 % de non-blancs). Les données sur le régime alimentaire ont été déclarées par les participants, à qui une longue liste de ce qu’ils ont mangé au cours de l’année ou du mois précédent leur a été demandée.

Principales conclusions

  • Un risque 3 à 7 % plus élevé de maladies cardiovasculaires et de décès prématuré pour les personnes qui ont mangé deux portions par semaine de viande rouge et de la viande transformée.
  • Un risque 4 % plus élevé de maladies cardiovasculaires pour les personnes qui mangeaient deux portions par semaine de volaille, mais les preuves à ce jour ne sont pas suffisantes pour faire une recommandation claire sur la consommation de volaille.
  • Aucune association entre la consommation de poissons et les maladies cardiovasculaires ou la mortalité.

Cette recherche a été publiée dans JAMA Internal Medicine.
Source : Northwestern University
Crédit photo : Pixabay