Technologie Média

Quand cessons-nous de croire au père Noël ?

Société 24 décembre 2018

sondage-croire-père-noël
Une vaste étude internationale en cours à l’Université d’Exeter, surnommée « l’enquête sur le père Noël », cherche à savoir comment et à quel âge les enfants commencent à changer d’avis quant à l’existence du père Noël. Cette recherche examine également si la confiance d’un enfant envers les adultes est menacée par la découverte que le père Noël n’existe pas.

À quel âge cessons-nous de croire au père Noël ?

Jusqu’à présent, l’enquête a recueilli plus de 1 200 réponses et le psychologue Chris Boyle tient à recueillir davantage de données avant de publier officiellement les résultats l’année prochaine.
L’étude examine la manière dont les croyances autour du père Noël varient à travers le monde, mais il est particulièrement important de comprendre quel type d’impact cela a sur les enfants qui apprennent que cette icône de cadeaux n’existe pas.
Les premiers résultats de l’enquête révèlent que la moyenne d’âge des enfants qui ne croient plus au père Noël est de huit ans. Cette conclusion découle de recherches antérieures qui ont révélé qu’entre huit et neuf ans, la plupart des adultes ont tendance à se rappeler d’avoir cessé de croire au père Noël.

Les enfants cessent de croire beaucoup plus tôt

Une chose intéressante, lorsque les chercheurs interrogent directement des enfants, ils ont tendance à découvrir que la foi en père Noël cesse  beaucoup plus tôt. Jacqueline Wooley, une psychologue de l’Université du Texas, a constaté qu’en s’adressant directement aux enfants, les convictions atteignaient leur apogée à l’âge de cinq ans environ et diminuaient considérablement vers huit ou neuf ans.
Il semble donc que les adultes préfèrent souvent penser que les enfants croient plus longtemps que les enfants à l’existence du père Noël. Cette conclusion est cohérente avec les conclusions du nouveau sondage, lequel suggérant que 65% des répondants «jouaient avec le mythe du père Noël en tant qu’enfants, même s’ils savaient que ce n’était pas vrai».
Les découvertes sur la façon dont les enfants ont commencé à remettre en question sa réalité sont plus intéressantes que l’âge où l’incrédulité est née. « Cela a été fascinant d’entendre pourquoi ils ont commencé à croire qu’il n’était pas réel », a déclaré Boyle. « La cause principale est soit les actions accidentelles ou délibérées des parents, mais certains enfants ont commencé à découvrir la vérité eux-mêmes à mesure qu’ils grandissaient. »

Une conscience grandissante permet de démanter cette illusion

Les premiers résultats de l’enquête ont révélé que de nombreux enfants commençaient à soupçonner que le père Noël n’était pas réel lorsque leurs parents ont commis des erreurs en dissimulant la vérité sur les cadeaux découverts avant Noël. Dès l’âge de sept ou huit ans, il semble également qu’une conscience grandissante du monde ait progressivement démantelé cette illusion.
À neuf ans, un répondant avait « suffisamment appris sur les mathématiques, la physique, les voyages, le rapport entre le nombre d’enfants sur la planète et la taille du traîneau pour comprendre par lui-même ».
Depuis des années, on se demande si les parents devraient mentir à leurs enfants quant à l’existence du père Noël. Certains suggèrent que les années durant lesquelles les parents mentent, dégradent le sentiment de confiance des enfants envers leurs parents, et les résultats de cette nouvelle enquête corroborent cette conclusion.
Un tiers des répondants ont confirmé leur mécontentement en découvrant que le père Noël n’était pas réel et que cela avait nui à leur confiance envers les adultes.

Croire au père Noël serait bénéfique

Bien sûr, tout le monde n’a pas échappé au mystère du père Noël. En fait, l’enquête a révélé que plus de 70% des personnes interrogées étaient heureuses de poursuivre cette histoire avec leurs enfants. Même athée, Richard Dawkins estime qu’il est utile d’élever des enfants pour qu’ils croient au mythe du père Noël.
Dawkins, tout en s’opposant à l’endoctrinement des enfants aux croyances surnaturelles, suggère que l’inévitabilité qu’un enfant apprenne que le Père Noël n’existe pas peut donner lieu à une importante leçon de scepticisme.

Mystérieusement les adultes continuent à croire qu’il existe un Dieu

« Le père Noël pourrait à nouveau être une leçon très utile, car l’enfant apprendra que certaines choses qui sont dites ne sont pas vraies », a déclaré Dawkins au journal The Guardian en 2014. « Mais ce qui est étrange c’est que bien que les enfants aient appris qu’il n’y avait pas de père Noël, à l’âge adulte ils continuent mystérieusement à croire qu’il existe un Dieu. »
L’enquête d’Exeter est en cours et ouverte aux nouveaux répondants.
Source : University of Exeter
Crédit photo sur Unsplash : Tim Mossholder