Technologie Média

Diabète : une molécule de liaison au glucose

biologie 20 novembre 2018

nouveau-traitement-diabète
Des scientifiques de l’Université de Bristol ont conçu une nouvelle plate-forme de molécules de liaison au glucose synthétiques qui nous rapproche du développement de la première insuline sensible au glucose au monde, qui, selon les chercheurs, transformera le traitement du diabète et facilitera la vie des gens ayant cette maladie.

Un nouveau traitement contre le diabète

L’Organisation mondiale de la santé estime que plus de 382 millions de personnes dans le monde, dont 4,05 millions au Royaume-Uni, sont atteintes de diabète – un trouble métabolique affectant la glycémie. Toutes les personnes atteintes de diabète de type 1 et certaines personnes atteintes de diabète de type 2 doivent prendre de l’insuline par injection ou à l’aide d’une pompe, pour contrôler leur glycémie.
L’équipe de l’école de chimie de l’Université de Bristol, dirigée par le professeur Anthony Davis, en collaboration avec la société dérivée Ziylo, a mis au point une plate-forme technologique innovante, qui pourrait être un élément-clé pour permettre à la prochaine génération d’insuline de réagir et de s’adapter au niveau de glucose dans le sang. Cela pourrait éliminer le risque d’hypoglycémie – taux de sucre dans le sang dangereusement bas – conduisant à un meilleur contrôle métabolique pour les personnes atteintes de la maladie.
Plus tôt cette année, Ziylo a été racheté par le groupe mondial de la santé Novo Nordisk dans le cadre d’un contrat d’une valeur de 800 millions de dollars – le plus important du genre dans l’histoire de l’Université de Bristol. Le professeur Davis, à l’avant-garde de cette recherche sur les récepteurs du sucre synthétique depuis 20 ans, a déclaré: «nous essayons depuis de nombreuses années de concevoir une molécule qui se lie au  glucose de manière forte et sélective dans son environnement naturel (eau). Jusqu’à récemment, nous avions eu un certain succès, mais jamais suffisant pour des applications pratiques. Nous avons maintenant apporté une modification à la conception et avons finalement résolu le problème.

Comme une molécule naturelle

«En effet, notre nouvelle molécule fonctionne mieux que quiconque l’aurait cru possible. Elle se lie au glucose 100 fois plus fortement que n’importe lequel de nos précédentes tentatives et est presque parfaitement sélectif pour cette cible. Elle est parfaitement comparable aux molécules naturelles qui se lient au glucose, bien qu’elle soit beaucoup plus petite. »
Premièrement, cela pourrait être la clé pour développer une insuline sensible au glucose – une insuline qui deviendrait inactive en l’absence de glucose. Cela pourrait libérer les diabétiques de la peur de l’hypoglycémie, où les taux de glucose tombent à des niveaux dangereusement bas.
Deuxièmement, il pourrait être utilisé dans les glucomètres en continu, ce qui permettrait aux diabétiques de connaître leur glycémie à tout moment. Le professeur Davis a ajouté: «sur le plan scientifique, nous avons démontré qu’une petite molécule synthétique pouvait rivaliser avec des molécules naturelles évoluées (protéines), même lorsque la tâche est extrêmement difficile (la liaison sélective du glucose dans l’eau a toujours été considérée exceptionnellement difficile).
«Après tant d’années d’essais, c’est fantastique que nous ayons créé quelque chose qui puisse éventuellement sauver tant de vies.»
Les résultats de cette recherche ont été publiés dans la revue Nature Chemistry.
Source : University of Bristol